Histoire de Tönle ¤ Mario Rigoni Stern

Pour le coup, cette lecture est une totale confiance en la communauté de lecteurs sur Instagram, et notamment @pauline_et_jeanne_lisent. Comme j’aime beaucoup la maison d’édition Verdier, je suis partie les yeux fermés vers cet auteur italien.

Sur le Haut-Plateau d’Asiago, dans le Nord de l’Italie nous rencontrons Tönle (prononcer Ténle). Berger d’altitude, Tönle promène ses moutons et son chien noir comme un funambule le long d’une ligne invisible: la frontière entre royaume d’Italie et Empire Austro-Hongrois. Frappant un douanier royal au visage, il doit s’exiler, quitter sa famille et ses moutons afin de nourrir les siens. Traçant une ligne de couture en chassé-croisé le long de la frontière il deviendra contrebandier, vendeur d’estampes et mineur. En 1914, alors que la guerre éclate en Europe, les Alpes se changent en champs de bataille, les petits hameaux sont désertés, la terre gronde, les forêts tremblent. Tönle, lui, entend rester dans les montagnes avec ses bêtes. Bravant les soldats, les camps de prisonniers, les avalanches, la faim, l’exil et la solitude, ce vieil homme qu’on imagine volontiers petit, taciturne et espiègle trace son chemin dans les forêts avec au cœur une seule intention: rentrer chez lui, sur le plateau, vers sa maison au cerisier qui pousse sur le toit.

Un récit court mais prenant que j’ai lu d’une traite. Mario Rigoni Stern raconte le berger du plateau d’Asiago avec simplicité, beaucoup d’admiration et une poésie certaine. Lui-même originaire du plateau, il décrit la nature de telle sorte qu’elle est tout aussi incroyable de vérité que le bruit des bombardements. C’est une ode à la paix, au calme.

Un livre sur l’appartenance à une terre, un livre sur le chez-soi. Très beau!

 

IMG_20200728_141240_593Histoire de Tönle (Storia di Tönle) de Mario Rigoni Stern, traduit de l’italien par Claude Ambroise et Sabina Zanon Dal Bo pour les éditions Verdier


AVT_Mario-Rigoni-Stern_8452Né en 1921 à Asiago en Italie, Mario Rigoni Stern est chasseur alpin en 1938. Il est fait prisonnier par les Allemands puis transféré en Prusse Orientale. Il s’évade en 1943  et rejoint son foyer à pied le 5 mai 1945. Il ne quittera pas le plateau et se consacre à l’écriture. Il meurt en 2008.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s