Moi qui marche à tâtons dans ma jeunesse noire ¤ Roxane Desjardins

Je me souviens avoir vu ce livre dans une bouquinerie de Montréal, une journée beaucoup trop chaude de Mai. Il m’avait fait de l’œil, tout me parlait: le titre sublime, l’illustration de couverture, le nom de la maison d’édition, mais j’avais déjà des bouquins dans les mains et le porte monnaie bien léger à l’époque. Je ne l’ai pas oublié. J’ai mis le temps mais j’ai maintenant un chez moi avec une bibliothèque ou je peux l’accueillir. Allez hop, viens.

Ce livre, publié aux éditions Les herbes rouges, n’est classé ni poésie ni roman mais « récit ». Et ça, ça m’intrigue parce que le récit.. j’aime ça. Je ne peux parler de cet ovni qu’avec mes mots, et les voici:

Moi qui marche à tâtons dans ma jeunesse noire est pour moi un récit-poético-graphique. L’urgence d’écrire se fait sentir dans l’écriture manuscrite, une lucidité certaine se dresse dans les traits tremblants mais droits des cases dans lesquelles on sublime les phrases.

Il y a des nœuds à défaire et l’amour à apprendre, parler de la mort et vivre qui est difficile. Il y a qu’il faut exister et la poésie, la notre et celle des autres, devient un sol assez costaud pour nous soutenir. Ou bien un chat à flatter et le soleil dans la fenêtre. Solitude, c’est ce que raconte Roxane Desjardins, enfin je crois. Ce livre est un livre qui se lit seul et chacun, je pense, y fabriquera sa propre lecture, son propre retour à l’adolescence.

Roxane Desjardins m’a bouleversée, et me rappelle combien l’écriture devient une couverture en temps de chagrin et de solitude-amère. Elle me rappelle aussi ce que les amours apportent de doutes et dénuement.

Les mots de Desjardins sont comme les plis des draps dans un lit: on les caresse de la paume d’une main non pas pour les faire disparaître mais pour mieux s’en imprégner. Et avec les siens, ceux de Gaston Miron, Emile Nelligan (le titre Moi qui marche à tâtons dans ma jeunesse noire est un vers tiré d’un de ses poèmes), Richard Desjardins ou Barbara qui résonnent encore et encore.

Un livre trésor que je garde près de moi. Merci.

 

IMG_0070Moi qui marche à tâtons dans ma jeunesse noire de Roxane Desjardins, publié en 2016 aux éditions Les Herbes Rouges.

 


desjardins_2_500px-1600x1600
Photo: Annie Goulet

Écrivaine et directrice adjointe des Herbes rouges, Roxane Desjardins est née à Montréal. Après une maîtrise en création littéraire à l’Université du Québec à Montréal, elle poursuit un doctorat en recherche-création littéraire à l’Université de Montréal. Outre ses livres, elle a publié des livres d’artiste avec Coco-Simone Finken (Cannibale maison, lauréat du prix Expozine du meilleur livre francophone en 2013, et Constance succombe) et Félix Durand (Avant le geste).

2 réflexions sur “Moi qui marche à tâtons dans ma jeunesse noire ¤ Roxane Desjardins

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s