L’arbre d’or, vie et mort d’un géant canadien ¤ John Vaillant

Une nuit en 1997, quelque part le long d’une rivière à Haida Gwaii au Canada, le rugissement d’une tronçonneuse brise le silence sauvage. Les dents de cette tronçonneuse vont grignoter un arbre unique aux aiguilles dorées. Cet arbre est plus qu’une curiosité, il est un mythe, un esprit, un compagnon, une merveille. L’homme qui manie la tronçonneuse s’évanouit dans la nuit laissant l’épicéa debout mais fragilisé. Il tombera deux jours plus tard. Hadwin, menacé de mort et recherché, devra paraître devant le tribunal. Mais le jour du procès, il ne vient pas. Il s’enfuit en kayak sur les eaux troublées du Pacifique, dans la grisaille et la brume…

Ceci est une histoire vraie et elle raconte tant de choses. Cet homme, Grant Hadwin, était ingénieur forestier en Colombie-Britannique. Tandis que l’exploitation forestière bat son plein, la mise à mort des forêts accélérée ronge Hadwin et il le fait savoir en écrivant lettres et pamphlets… avant de tenter un dernier geste, presque désespéré, pour réveiller les consciences. Il sacrifie l’Arbre d’Or. Aimé de tous, attirant les voyageurs, les scientifiques mais étant surtout une entité à part entière pour les Premières Nations Haida, sa disparition va mettre en branle les débats sur l’éco-terrorisme, la relation entre blancs et Premières Nations et la déforestation.

Ce livre se lit à la fois comme un roman (il fait d’ailleurs écho à l’Arbre-Monde de Richard Powers), tant Hadwin se meut tel l’anti-héros d’un thriller de nature writing Nord Américain, mais aussi comme un livre d’Histoire. John Vaillant livre ici une myriade de témoignages, anecdotes et recherches sur l’avancée de l’exploitation forestière, la rencontre des Haida et autres nations de la Côte Ouest avec les colons, la traite des fourrures puis la découverte de l’or végétal – les géants de l’Ouest devenant une grande source de richesse pour les colons qui en feront des abris, des vêtements, des bateaux, de quoi se réchauffer et donc se nourrir.

FullSizeRender.jpg
grimpeur étêtant un arbre-pylône (circa 1925), collection Leonard Frank, Vancouver BC.

On découvre la rude vie des bûcherons, la révolution industrielle qui accélère le processus de disparition des forêts primaires, le travail très dangereux des grimpeurs, l’engouement scientifique pour K’iid K’iyaas, l’Arbre d’Or, même après sa mort et tout ce que l’acte d’Hadwin a soulevé de questions, de haine mais aussi d’espoir.

Un récit qui nous embarque sur la Côte Ouest brumeuse, dans ce qu’il reste des forêts, au son des scies circulaires, emportés dans l’histoire incongrue de Grant Hadwin. Avec ceux qui se battent, qui racontent, qui collectionnent ce qui bientôt n’existera plus…

Un récit de non-fiction important sur la complexité du rapport de l’homme à la nature.

Lune.

« Entre 1850 et 1860, plus de cent cinquante mille kilomètres carrés de forêt Nord Américaine furent réduits à néant. […] En 1900 les Américains du Nord abattaient plus de cinquante milliards de pieds-planches de bois par an. En 1930, le Canada était le numéro un mondial de l’exportation de pulpe de bois pour la fabrication du papier journal. »

IMG_8353.JPG

L’arbre d’or, vie et mort d’un géant canadien (The Golden Spruce, the true story of Myth, Madness and Greed) de John Vaillant traduit par Valérie Legendre pour les éditions Noir sur Blanc. (Canada, 2005)


AVT_John-Vaillant_2700

John Vaillant est un journaliste américain né dans le Massachusetts qui vit désormais à Vancouver au Canada. Il écrit notamment pour le New Yorker, The Atlantic, National Geographic. Son travail d’écriture tourne autour des problèmes environnementaux tel l’abattage des arbres ou les tigres en voie d’extinction.

Publicités

2 réflexions sur “L’arbre d’or, vie et mort d’un géant canadien ¤ John Vaillant

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s