L’arbre-Monde ¤ Richard Powers

Lire est une passion pour moi, marcher en forêt l’est aussi, et mon ignorance des arbres me désespère souvent, bien que je me console en me disant qu’à défaut de comprendre, je les admire et voudrais, comme les personnages de L’Arbre-Monde, les protéger.

Ce récent roman de Richard Powers est une petite bombe éco-terroriste à lire absolument, malgré (selon moi) quelques longueurs sur la fin (les 100 dernières pages notamment qui selon moi, n’apportent pas grand chose de plus). Je m’explique.

Si le récit suit neuf personnages que les arbres et le destin des forêts relient, les personnages principaux de ce livre sont bien sûr les premiers intéressés, à savoir les arbres. Ce châtaigner qu’on plante dans le jardin et qui devient l’histoire d’une famille, de génération en génération. Ce séquoia géant auquel on se menotte ou qu’on occupe pour lutter contre l’abattage. Ce pin qui nous offre de l’ombre au déjeuner, ce cyprès qui pointe vers le ciel, la magie du kapokier.

Comme Nick, Mimi, Adam, Patrica, Douglas, ou Olivia, tout nous relie aux arbres. Et pourtant nous ne voyons rien. Déliant non seulement l’histoire d’hommes et de femmes des quatre coins des Etats-Unis, Richard Powers est une source intarissable de connaissance en botanique, dendrologie et en sylviculture. Au fil du roman, Powers retrace toutes les sonnettes d’alarme tirées auparavant concernant la déforestation, les coupes claires, l’hypocrisie des jobs accrocheurs de « planteurs d’arbre » qui permettent en fait d’en couper encore plus, l’absence de connaissance, de compréhension ou même de regard sur les arbres.

sequoia
Sequoia National Park © Lune Vuillemin

Richard Powers, cette source bouillonnante de savoir, nous plonge dans sa marmite de fiction et d’apprentissage, y ajoute quelques personnages et leurs failles pour nous permettre de nous identifier, une touche d’horreur, de piqure de rappel, une cuillère à soupe de mythologie, quelques pincées d’indignation mais une grosse louche d’espoir. Oui, ce livre donne envie de lever la tête, d’acheter un guide des arbres, de protéger nos forêts, s’il en reste, où les arbres morts sont essentiels à la survie de la biodiversité. Ce livre donne envie d’agir, et aussi d’aller se perdre en forêt et se laisser envelopper de leurs signaux. 

Un grand roman important, à lire tranquillement (parfait pour l’été donc) tant il donne à réfléchir et à rechercher.

mainarbre
Sequoia National Park © Lune Vuillemin

 

 

IMG_20190723_075728_190L’arbre-Monde (The Overstory) traduit par Serge Chauvin pour les éditions Cherche Midi. (2018)

Et si après lecture de l’Arbre-Monde, vous ne pouvez plus vous passer d’histoires et de connaissances des arbres, je vous conseille également le livre de Peter Wohlleben, La Vie Secrète des Arbres, j’en parle ici. Et peut-être ce documentaire sur la réalité de la gestion forestière en France (monoculture, mécanisation lourde, pesticides…) :


AVT_Richard-Powers_599

Né dans l’Illinois en 1957, Richard Powers s’installe en Thaïlande avec sa famille lorsqu’il a onze ans, jusqu’en 1972. Après des études en Physiques, il étudie la Littérature et devient professeur. En 1985, il publie son premier roman, Trois fermiers s’en vont au bal. Richard Powers devient un auteur reconnu et à succès aux États-Unis au début des années 1990, avec des romans explorant la relation entre sciences (physique, génétique), technologie, et art (musique).

Publicités

2 réflexions sur “L’arbre-Monde ¤ Richard Powers

  1. Un livre dont la thématique me fait très envie aussi.. j’attend sa sortie poche (c’est qu’il pèse son poids, l’animal !). J’ai pour patienter un autre titre de l’auteur sur ma PAL : Le temps où nous chantions, sur un sujet complètement différent..

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s