Ru ¤ Kim Thúy

J’ai rencontré ce roman pour la première fois dans une bouquinerie de Montréal. Sauf que ce jour là, je cherchais deux livres en particulier, et j’ai reposé Ru pour l’oublier pendant une paire d’année. Bien heureuse d’avoir recroisé sa route il a quelques jours, d’avoir enfin découvert l’écriture et le témoignage poignant de Kim Thúy.

C’est une histoire d’exil, de racines et de frondaisons, un texte et une femme qui se plient et se redressent. L’auteure s’élance et se souvient. D’un camp de réfugiés en Malaisie aux Cantons de l’Est Québécois, cette petite fille s’arrache au Vietnam communiste et s’agrippe à ce qui est devant. Dans un récit déstructuré, fait de souvenirs d’enfant et d’adulte, Kim Thúy pose un regard sensible, délicat et pourtant bien grand ouvert sur le déracinement.

Ecrit en français, ce roman apporte une langue nouvelle, universelle, celle des vies qui cognent et battent fort. La langue des exilés. C’est beau et on en veut encore.


« Si une marque d’affection peut parfois être comprise comme une offense, peut-être que le geste d’aimer n’est pas universel : il doit aussi être traduit d’une langue à l’autre, il doit être appris. Dans le cas du vietnamien, il est possible de classifier, de quantifier le geste d’aimer par des mots spécifiques : aimer par goût (thích), aimer sans être amoureux (thu’o’ng), aimer amoureusement (yêu), aimer avec ivresse (), aimer aveuglément (mù quáng), aimer par gratitude (tình nghia). Il est donc impossible d’aimer tout court, d’aimer sans sa tête. »


 

IMG_20190717_152915_784Ru de Kim Thúy aux éditions Liana Levi (France) et Editions Libre Expression (Canada)


Kimthuy02_JFBriere_HR-3-1600x1327Née à Saigon en 1968, Kim Thúy quitte le Vietnam à 10 ans, cachée dans la cale d’un bateau avec sa famille. Après avoir vécu quatre mois en Malaisie dans un camp de réfugiés, sa famille s’installe à Granby au Québec. Elle sera couturière, avocate et propriétaire d’un restaurant avant d’écrire son premier roman, Ru, elle signe également trois autres romans ainsi qu’un livre de recettes Le secret des Vietnamiennes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s