Evasion ¤ Benjamin Whitmer

Attention, claque littéraire.

1968, une ville perdue du Colorado jouxtée par les Rocheuses et sa prison. 12 détenus décampent le soir du réveillon, la nuit tombe et la neige épaisse enveloppe la ville transformant Old Lonesome en huis clos dont il semble impossible de s’évader. Qu’on soit détenu, traqueur, journaliste, habitant de la ville ou directeur de la prison, les 24 heures qui suivent l’évasion promettent d’être haletantes, éprouvantes et froides.

Benjamin Whitmer, tel une lampe frontale dans la pénombre, éclaire tour à tour les protagonistes pris au piège dans cette course poursuite nocturne et blizzardienne. Et si personne n’est blanc comme la neige qui s’acharne, certains personnages transpirent l’atrocité, la violence et l’insupportable. Les détenus et policiers, vétérans du Viêtnam ou de Corée pour la plupart,  carburent aux amphétamines procurée par un directeur de prison mégalo… L’agressivité et la démence, quelle soit côté des hommes en uniformes, des détenus, des journalistes ou des habitants d’Old Lonesome devient reine.

national-geographic-animal-photo-shiras-06-870x701
George Shiras

Et pourtant, dans un roman noir, noir, noir, ou plutôt rouge, rouge, rouge de bain de sang, Benjamin Whitmer glisse quelque chose de doux. Dans le brouillard et les ténèbres, on peut encore apercevoir quelques élans de solidarité, d’empathie et de grande force. Une trame en serpent qui se mord la queue, les traqués, les traqueurs et les otages échangent leurs rôles, et la liberté ne semble jamais accessible.

Lues d’une traite, les 400 pages de roman nous prennent en otage pour une nuit de traque sanguinolente. 24 heures au cœur de ce que l’humain peut faire de pire, par instinct de survie, par principe ou par désespoir. C’est bon, terriblement bien écrit, dosé et rythmé et complètement addictif.

 

« Les prisons sont là pour cacher que c’est le social tout entier dans son omniprésence banale, qui est carcéral. » Jean Baudrillard.

 

img_20190625_093720_794.jpgEvasion de Benjamin Whitmer (titre original : Old Lonesome) traduit par Jacques Mailhos pour les éditions Gallmeister.


¤ 50 états en 50 livres ¤ Colorado ¤


whitmer-benjamin-whitmer-5322e8d203977.jpgBenjamin Whitmer est né en 1972 et a grandi dans le Sud de l’Ohio et au Nord de l’État de New York. Il a écrit des articles, récits et deux autres romans et vit avec ses deux enfants dans le Colorado, où il passe la plus grande partie de son temps libre en quête d’histoires locales, à hanter les librairies, les bureaux de tabac et les stands de tir des mauvais quartiers de Denver.

Une réflexion sur “Evasion ¤ Benjamin Whitmer

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s